Nous ne parlons pas seulement des films « en » ou « hors » compétition, médiocres, mais de la quasi-totalité des lieux privatisés dédiés normalement aux festivaliers, et qui ne le sont plus.En effet, ces dernières années, malgré la crise, nous nous amusions beaucoup à Cannes, Canada Goose kingston nous les journalistes/bloggeurs, en déambulant sur la Croisette, aux terrasses où un pass lounge était obligatoire pour y accéder. Ces endroits étaient certes réservés à une « élite » faisant partie du show business ou travaillant plus simplement dans l’industrie du divertissement, et du cinéma en particulier, mais au moins l’accès était simple et surtout justifié. »Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître », chantait Aznavour. Cette phrase mythique irait parfaitement à l’ambiance du dernier Festival de Cannes. Le 68e, pour ne pas le citer.

 Canada Goose kingston Nous sommes en 2015 et les choses ont changé à Cannes, tout s’est tendu, restreint mais surtout, pour amortir des terrasses qui n’ont plus franchement de légitimité, les bureaux de presse et la direction marketing de ces lieux prétendument branchés sous-louent leurs espaces à d’autres marques, rendant totalement inutile le badge d’accès.Nous citerons deux exemples emblématiques pour décrire la déchéance de tout l’événementiel entourant le Festival de Cannes: la Villa Schweppes et surtout l’immonde bateau Arte.Comme c’était bien avant! On y allait de l’après-midi jusqu’au soir. Nous goûtions à des cocktails préparés avec amour par des serveurs ultra motivés pour satisfaire leurs invités. Il y avait de la musique, des stars, on y faisait la fête, dans une ambiance unique. Désormais, à la Villa Schweppes, il n’y a ni fête, ni ambiance.

Qu’elle était glauque, la Villa, cette année ! En effet, par souci d’économie, Canada Goose kingston après un déplacement catastrophique sur un yacht au large de Cannes l’année dernière, quasiment inaccessible pour les professionnels à moins d’aimer faire la queue pendant des heures avec des ados boutonneux pour attendre une navette, elle a pris ses quartiers dans la discothèque « les Marches », au-dessus du casino de Cannes.Entrée uniquement de 17 à 19 heures. Gentiment accueillis par ailleurs, mais un seul serveur pour toute la terrasse, vous avez bien entendu, un seul! L’autre serveur disponible derrière le bar n’avait pas le droit de servir de l’alcool. Résultat, environ une heure d’attente pour un malheureux cocktail. Et à 19 heures, on ferme le bar et tout le monde dehors, what did you expect?